Imprimer
Catégorie : SOCIETE
Les dames du MINPOSTEL attirent l'attention des jeunes sur les dangers de la mauvaise utilisation de l'internet/©ME

Elles étaient environ une vingtaine  de femmes à  descendre dans les établissements scolaires de la cité capitale, le jeudi 24 février 2022, pour sensibiliser les élèves sur la nécessité d'adopter des comportements responsables dans le cyberespace. Cette action s'inscrit dans le cadre des activités marquant la célébration de l'édition 2022  de la Journée internationale de la femme.

A la tête de cette forte délégation qui s'est tour à tour rendue au Lycée bilingue de Nkolbissong  et au Lycée d'Anguissa, Pauline Catherine Mutlen épouse Bikay, présidente de l'Association des femmes du ministère des Postes et Télécommunications. Les femmes ont été claires lors de leur sensibilisation : l'internet est un outil très important, mais il faut l'utiliser à bon escient. Elles ont invité les jeunes filles et les jeunes garçons à adopter des comportements responsables dans les réseaux sociaux. « Nous sommes très heureux de constater que les femmes du MINPOSTEL ont pensé à cet établissement. Venir ici, sensibiliser les élèves sur la cybercriminalité qui est un sujet d'actualité qui détourne beaucoup d'élèves aujourd'hui, ça fait chaud au cœur », propos du proviseur du Lycée bilingue technique de Nkolbisson, Bienvenu Bolla Libomane.

En cette veille de la Journée internationale des femmes, elles ont tenu à conscientiser les élèves sur les véritables pièges du téléphone et des réseaux sociaux. « Les actes que vous posez aujourd'hui peuvent compromettre votre avenir. N'envoyez jamais des photos compromettantes à vos amis, ne vous filmez jamais dénudés avec votre téléphone. Tous les actes que vous posez avec le téléphone peuvent être tracés. Utilisez votre téléphone pour les recherches scientifiques, pour vos études, pour développer des applications », a précisé la présidente. Elle a par la suite tenu à  raconter aux élèves l'histoire d'un jeune informaticien camerounais qui a eu du mal à trouver du travail en France et aux États-Unis tout simplement parce que Google a renseigné ses potentiels employeurs sur le fait que lorsqu'il était adolescent, il avait une préférence pour les sites peu recommandables.  A la suite de la présidente, la vice-présidente de l'association a pris la parole pour réitérer à sa manière le message de l'association. 

Les femmes du MINPOSTEL n'y sont pas allées les  mains vides.  Le matériel de sensibilisation a été distribué aux élèves à chaque étape. Livrets, dépliants et autres... Pour qu'ils continuent à s'imprégner des conséquences de la mauvaise utilisation du téléphone. Il faut souligner qu'à côté de ces femmes, il y a avait les ambassadrices de la cybersécurité au Lycée technique bilingue de Nkolbisson comme au lycée d'Anguissa. Ces ambassadrices sont chargées de poursuivre  les activités de sensibilisation dans leurs établissements respectifs pour conscientiser le maximum d'élèves.