Imprimer
Catégorie : SOCIETE
Le mouvement Give Back to Mama aux côtés des femmes du MINPOSTEL/©ME

« Améliore tes performances professionnelles et académiques au Canada » est le thème d'un atelier de renforcement des capacités qui s'est tenu au MINPOSTEL, le mercredi23 février 2022. Cette activité qui s'inscrit dans le cadre des préparatifs de la célébration de la Journée internationale des droits des femmes a vu la participation d'environ une cinquantaine de personnes. Elles sont venues  de toutes les structures placées sous tutelle du MINPOSTEL pour y prendre part.

L'exposé de  Jules Sylvain Takoutsing Koumbo, conseillé réglementé en immigration et membre du mouvement Give Back to Mama a suscité beaucoup d'intérêt. Un exposé qui aura permis aux participantes de comprendre que l'amélioration des performances doit être une quête permanente pour un travailleur ou même un fonctionnaire qui aspire à une belle carrière. Cet exposé a également permis aux femmes de comprendre que le changement de carrière est possible. Lorsqu'on ne se sent plus à l'aise dans un domaine, on peut se reformer ailleurs ; il suffit de bien identifier le besoin. Le changement de carrière est possible même après la retraite, a insisté l'expert.

Témoignage de Florence Tchatat du MINPOSTEL : « Je suis très fière de ces travaux. Je remercie madame Bikay d'avoir saisi cette opportunité. Le dossier de Give Back to Mama est tombé sur ma table la première fois l'année dernière. Ma hiérarchie directe n'a pas vu cette opportunité. Nous avons appris beaucoup de choses aujourd'hui. Il nous revient désormais de relayer ces informations. Même à travers les réunions  que nous faisons au quartier, nous pouvons servir de relais au mouvement Give Back to Mama. Toutes les connaissances reçues ici cultivent même l'esprit de leadership en nous. Il est bien vrai qu'il y a une résistance au changement, mais nous allons essayer. »

Dans la deuxième partie de son exposé, Jules Sylvain Takoutsing Koumbo a  donné aux participantes les clés qui leur permettront d'éviter de se faire arnaquer lorsqu'elles voudront immigrer au Canada ou au Québec, pour aller se faire former ou pour des études. Comment reconnaître les bons cabinets spécialisés en immigration ? Toujours vérifier l'adresse du cabinet dans le site  du COMINADA avant toute chose. On peut aussi faire son inscription tout seul a-t-il précisé.  L'expert s'est en outre attardé sur le volet éducationnel. Un volet assez important  pour mieux vivre et s'intégrer au Canada ou au Québec. Les mamans doivent par exemple  éviter de considérer leurs fils comme des petits rois qui ne peuvent pas aller à la cuisine. Une fois de l'autre côté, le petit rois ne pourra pas s'en sortir. L'expert a par ailleurs conseillé aux femmes d'apprendre aux enfants à travailler dès le bas âge.

 Béatrice Kenné de la Campost témoigne : « L'apport de  cet atelier pour nous qui sommes d'abord des mamans est immense ; les connaissances  reçues ici vont nous aider pour notre progéniture. Très important également pour nous qui sommes des employés dans les structures pour lesquelles la performance est un critère d'évaluation permanent. C'est super bien de savoir que même après ma retraite je peux me réorienter autrement et rester dans le monde professionnel ; je n'y avais jamais pensé. C'était très enrichissant. »

Pour la présidente de la tutelle, la présence d'un membre de Give Back to Mama aux côtés des femmes à la veille de la célébration de la Journée internationale  de la femme rassure à plus d'un titre : « Nous avons estimé que leur présence parmi les femmes aujourd'hui au ministère des Postes et Télécommunications est d'un grand apport. Nous sommes à la croisée des chemins avec deux générations de femmes. Une génération qui entre en carrière professionnelle et une qui est en milieu de carrière, presqu'en fin de carrière. Il faut préparer les femmes à redéfinir leur Profil de carrière ; il faut préparer les femmes à revoir leur façon de penser dans leur milieu professionnel, dans leur milieu social et surtout dans leur ménage parce qu'aujourd'hui, la base de la société c'est le ménage. Il faut déjà au niveau du foyer qu'il y ait un encadrement qui permette qu'au niveau social et au niveau culturel, nous puissions nous adapter tant dans nos pays que dans les autres pays dans lesquels nous envisageons continuer nos carrières. Il faut aujourd'hui prendre ce volet éducationnel au sérieux afin que nous-mêmes en tant que femme, en tant qu'épouse, en tant que mère, en tant qu'éducatrice ayons tous les outils nécessaires pour encadrer nos familles nos enfants et la société ».

L'expert abonde lui-aussi dans le même sens : « vous allez constater que les pays qui marchent très bien aujourd'hui c'est des pays dans lesquels on a comme l’impression que la femme est à la manœuvre. c'est pourquoi  il est important de doter la femme camerounaise de toutes ces compétences. Avec une femme bien formée, on a forcément une société qui sera bien formée>>

Le mouvement Give Back to Mama est né en 2021. Son objectif est de mobiliser les experts camerounais de la diaspora pour booster l'industrie numérique, favoriser la création des ponts d'expertise et des initiatives entre ces derniers et le Cameroun. Il s'agit donc d'un vibrant appel lancé par les leaders de ce mouvement en direction des fils et filles camerounais de la diaspora pour le développement du pays.